septembre 29

Nuit

Il était une nuit où tout était clair
Un jour où tout était sombre
des jours de l’indécence
Moi qui te tends ma main

toi qui n’as pas su la prendre
Mais qui peut encore apprendre
Dans le coeur et dans l’esprit
Que tes pleurs ne sont pas la vie

Et tout ce ciel noir étoilé
S’envole dans l’au-delà
S’amuse moins ici que là-bas
Toi, ma petite rosée

Par dessus la raison
Je ne puis cesser d’aimer
Mon doux chagrin, ma saison
je suis brisé


Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Ecrit 29 septembre 2009 par fabien dans la catégorie "Poesie

3 COMMENTS :

  1. By Ginette Payel on

    bonjour fabien comment allez vous je ne voie plus vos merveilleux
    poemes allons ne baissée pas les bras je suis avec vous par la pensée
    faites nous un de vos suberbe poemes et envoyé le , j’ aime
    vos poeme , je ne vous est pas oubliée croiez moi de vous à moi
    je serais toujours la bonne soiré votre amie ginette pont l’arche

    Répondre
  2. By Ginette Payel on

    se poeme est d’une telle transparance
    que l’ ont pourais lire dans tes yeux
    que ton coeur est si limpide
    et ton ame est le reflet de ta gentillesse
    un monde étoilé dans cette sphere
    que ton pouvoir d’ écrire est l’ amour que tu à en toi
    alors continue d’ aimée,et de regardé droit devant toi
    ses mots son peut etre magique q’ en pensse tu,
    ton amie ginette à plus

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook