janvier 17

Indigné

Indigné mon amie, de te voir souffrir
Indigné, alors qu’habituellement je te vois rire
Indigné par ces mots, ces cris épouvantés
Tous les mots de ma sphère restent désespérés

Et ils te crient  A l’aide
Reviens vite je ne suis pas loin
Toi qui te souviens
De ce passé, pas si lointain

Tandis qu’ils fuient elle assume
Avec beaucoup de regret, d’amertume
Et je dis viens par là
Te réconforter dans nos bras.

Nous qui t’aimons
Et qui à ton secours viendrons
Comme viennent les pompiers au feu
Toi, qui dans ton désespoir nous alarme

Et nous dit oui, et nous dit non
Ces deux mots en même temps
Deviennent des maux sans signification
Nous sommes là , pourtant

Et le restons, comme depuis des années
Toi qui à brûle-pourpoint pleures
Nous ne comprenons pas que tu aies peur
Nous sommes des gens de coeur

Ces mots pour te dire à quel point nous t’idolâtrons
Et à quel point nous combattrons
Pour ton bonheur de vivre , ta liberté
Avec ceux qui établissent ta vérité


Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Ecrit 17 janvier 2009 par fabien dans la catégorie "Poesie

2 COMMENTS :

  1. By Ginette Payel on

                                                               se poeme me ressemble un peut
                                                              car des moment seuls restée dans l’ oublie
                                                              puis l’ enfance , mes restée sur le coeur
                                                             car battue je l’ est était  et trimballée
                                                           de nourice en foyer cela ma était plitot désagréable
                                                           je vais avoir cinquante deux ans au mois de mai
                                                         mais la douleur reste , et pourtant j’éssaie d’ oubliée
                                                         mais je ni arrive pés car ily à toujour quelque chose
                                                        qui remonte à la surface mais voila je vie avec 
                                                       ses la vie , c’ est la destinée  de ma naissance 
                                                      que je n’ est pas demandée  je doit continuée
                                                     pour aidée d’ autre que moi qui sont passée par la 
                                                  pour leur faire voir que l’ ont peut continuée de vivre 
                                                 mais il faut  le vouloire de toute ses force
                                                                            à bientot fabien          ginette:p  

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook