avril 30

Les paysages lointains

Je m’évade de cette prison embrumée
Et saute d’une jolie colline abîmée
Je patine dans ces désert brûlants
Et se déchaîne sur moi l’ouragan

Moi qui sautille de joie, qui vagabonde
Je ne changerais pas ce triste monde
Qui détruit tout à son petit profit
Dans vos yeux, votre désespoir, je lis

Je ne veux plus être le simple spectateur
Du temps qui m’est pris comme un voleur
Je veux agir pour le compte d’autrui
Et qu’enfin on me rende mon ami la vie

J’aspire au plus grand des bonheurs
Et tente de faire fondre tout mes malheurs
Ce paysage lointain se rapproche de moi
Je le vois, je le touche avec mes mains


Étiquettes : , , , , ,

Ecrit 30 avril 2015 par fabien dans la catégorie "Poesie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook