mai 18

La Jeunesse

La jeunesse, syndrome de l’allégresse
Eternellement jeune, mordant comme un loup
Courant après la vie, cet asile de fou
La jeunesse, cette belle vie de détresse
 
Préférant être l’antipode des autres
Aimant l’amour comme l’amitié des jours
Cette fleur bleue qui s’ouvre toujours
Souvent absente, jamais des nôtres
 
Je m’en allais rêver si loin, en Alaska
J’ai d’eternels et folles incertitudes
Je suis tourmenté dans mes habitudes
Dans cette montagne, présente, ici bas
 
J’ai remplacé les fleurs des champs
Flétrie par cette pluie qui ruisselle
Endeuillé par cet orage de cybèle
J’ai perdu, pour rien, tout ce temps

Étiquettes : , ,

Ecrit 18 mai 2016 par fabien dans la catégorie "Poesie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook