septembre 15

Vertus solitaires

La solitude qui pèse chaque jour
Mes erreurs sont sans retour
Mais tout les espoirs sont permis
Je pleure je ris, je pleure je vis

Comment oublier ces moment passés?
Je suis née à présent pour aimer
Vos délices ne sont plus mien
Je ne suis à vos yeux, rien.

Du fond de mon chagrin du lundi
Mes mots sont effacés, en oubli
Je tire les révérences d’antan
Chacun désormais prend son temps

Vos yeux se sont fermé cette nuit
Je suis tombé au fond de ce puit
Personne n’achète amour ou amitié
Mais le construit avec volupté


Étiquettes : ,

Ecrit 15 septembre 2013 par fabien dans la catégorie "Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook