novembre 10

Lumière!

Colère, lumière, colère, tempère!
A l’instant où toujours j’espère
Ce bouillon de violet
Peut devenir corde, c’est laid

Capable de peu je suis
Je ne peut attraper du millepertuis
Je récolte les orties
Et il y’a un coeur de moins dans la vie

La douleur auquel je succombe
n’est rien comparé à une tombe
C’est ainsi quand on est cloporte
On ne peut plus rien faire de sorte!


Étiquettes : , , , , , ,

Ecrit 10 novembre 2010 par fabien dans la catégorie "Poesie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook