août 11

Disparitions

Disparue, toi, la belle fée des bois
Mon grand corps, tout en émoi
J’ai perdu la bataille des maux
Dans le vide, fait un grand saut

Tous ces poids qui me pèsent
En haut de cette charmante falaise
Me font trébucher dans ce cratère
Dans ce paysage si laid et si austère

La lave du volcan brûle tout mon corps
Mon visage horrifié à tout jamais s’endort
Je suis un homme inerte, dans ces tombeaux
Je vous assassine avec mes mauvais mots

J’ai remporté tous les duels de la vie
Qu’il est temps pour moi d’être parti
Je vous ai chassé de mon insomnie
Pour ne plus entendre vos cris


Étiquettes : , , , ,

Ecrit 11 août 2016 par fabien dans la catégorie "Poesie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook