mars 19

Larmes séchées

Mes larmes ont tant coulées
Tandis que tu était contre moi
Ton silence m’a mis en émoi
Je n’ai plus rien à donner

Il n’y a plus d’envie ce soir
Sauf à venir sauver ce soldat
Qui a perdu la bataille de la joie
Et pense toujours finir au mitard !

Puis il y’a ces tout petits sursauts
Le destin que personne n’a prévu
Qui m’enferme dans ce monde reclu
Pour que je soigne mes légers maux

Je court sans jamais apprendre
Mes yeux vont se fermer à jamais
Comme certains êtres décédés
Qui aux aussi ont tenté de comprendre

Catégorie : Poesie | Commenter
mai 22

Descends de ton arbre

Descends de ton arbre singe agrippé
Va récolter les fruits délaissés
Qui s’échappent dans la colline
Qui roulent vers une mer divine

Il faut sortir les bataillons animal
Pour que tes griffes ne puissent être coupés
Mais tu trembles , tu es pâle
Oh pécore, tu as trop couru, tu es gelé

J’ai écorché la moitié de ton myocarde
Maintenant il est rayé, inutilisable
Et ton visage a touché je ne tarde
Cris étouffés, censure valable

Cette orange est si lointaine
Elle a fait toutes les épreuves, vaines
Et maintenant elle se fait découper
Elle préfère encore être mangée

Plutôt que d’attendre , tristement
Orange, oh désespoir
J’écorche ta peau une fois par soir
Et ton épluchure vole, avec ce vent

mai 2

L’indifférence des humains

Aucune Crainte, Aucune peur, Aucune Joie
Vous ne me voyez pas
Fatigué de me battre je suis
Je creuse un énorme puits

Quand il faut s’acharner, trépigner, pour exister
Pour ne pas se sentir marginalisé, délaissé
C’est un signe distinctif de non-reconnaissance
L’indifférence!

Un simple bonjour, c’est déjà un bout d’amour
Quand l’acte sera là, je ferai un pas,
Pour toujours
Je désigne ces choses, comme des choses là!

Bonjour, Au revoir, Merci, De rien, quatre petits mots absents
de votre langage courant
Mais les règles de morale
Ne paraissent plus normales