novembre 16

Sentiments de la vie

Sentiments d’autrefois, sentiments de joie
Je suis de peu de foi, mais toujours là
Je suis l’ami qui rêve, et qui ne désespère
Absent parfois, mais toujours délétère

Mes mots ne sont que ma force et mon avenir
Je n’ai pas toujours su prendre les plaisirs
Et suis parfois triste, dans un monde fou
Qui me met parterre, parfois à genou

Doucement, je remonte cette pente si difficile
Aidé par l’amour, parfois l’amitié, si fragile
Pas toujours très facile, ni docile ni très tendre,
Je suis là a vos côtés, avec vous, pour apprendre

Je suis faible et vous me rendez pourtant si fort
Vous êtes mon hôte, et moi votre invité, j’adore
De cette union il y aura peut être génération
Nul ne peut nous sous estimer, faites votre ovation

Applaudissez à notre regard si étincelant
Soyez présent quand nous serons brillant
Et absent quand vous aurez conjuré notre sort
Mais surtout, faites de nous de beau trésor

Nous ne sommes pas timides, encore moins acide
Nous sommes ouverts au monde, jamais placide
A l’abri de vos méchanceté, nous vous aimons
Il n’est jamais très bon de tourner en rond

La vie a été faite ainsi, et nous sommes deux
Serons nous trois, quatre ou plus, je le veux
Nous ne savons jamais de quoi la vie sera faite
Mais nous irons encore créer ces jours de fête.

Catégorie : Non classé | Commenter
novembre 2

Choix

Les choix de la vie, difficiles à assumer
Qui me font pleurer, ne m’ont pas amusé
Ne me laisse guerre de répis, ni d’amis
Qui comprennent mes difficultés, la vie

Je ne peux être divisé par deux chaque fois
J’essaye de juger les choses et les lois
La distance à des conséquences compliqués
Je ne veux cependant que l’on me fasse chanter

Je ne sais quoi faire, quoi vraiment dire
Et je sais dans votre tristesse, lire
je n’ai rien pour assurer ma petite défense
Encore moins justifier mes absences

Je ne règne pas sur la terre entière
Et à tout le monde, je ne peux plaire
Comme un magicien aux doigts enchantés
Comme la poudre de mes petites fées

je ressent l’amertume et l’angoisse
je voudrais que rien ne vous froisse
La detresse est en moi, salace
J’avoue, je manque quelque peu d’audace

Catégorie : Non classé | Commenter
juin 23

Ta route…

Cette poésie sera dédié à L.

Ne tente pas l’amour à tout prix
Essaye plutôt une jolie vie
Toi riche d’amitié
Qui à une infinie bonté

Trop violette tu semble
Rose ton cœur nous assemble
Rouge son tes yeux rempli d’humidité
Mais tu est remplie d’humilité

Reste fidèle à tes préceptes
Continue ton concept
Et le monde s’ouvrira
Et tu survivra

Catégorie : Non classé, Poesie | Commenter
novembre 9

Amour fondu

Ecrit par nathalie

Mon amour,
Quand je te vois, je fonds complètement
Tu es si charmant

Je te regarde et je ne cesse de rêver
Quand je te vois si enjouer !
Tu me rends si heureuse
C’est pour cela que je suis toujours joyeuse

Nous deux c’est pour la vie
Dans un paradis
Celui qui m’a fait naître
M’a fait le plus beau cadeau de te connaître

J’aurais su qu’un jour j’allais te rencontrer
Je n’aurais pas fini d’y penser
Tu me fais sentir de jour en jour
Que le temps est si court

Que chaque jour passé avec toi, tu fais en sorte
De me donner la force
De faire face à la vie
Et qu’enfin tout me sourit

Comme dans un monde imaginé
Où tout serai à inventer

août 26

Creux de la vie

Oh amour , oh ma tulipe, vient!
Quand mes yeux approchent les tiens
C’est le tourbillon de la nuit
C’est le creux de la vie

Ton rayon illumine mon ombre
Ta lumière assomme ce coin sombre
Ton univers est ma galaxie
Ce big-bang c’est ma vie

Que ce lointain esprit l’entende
Tu est ma raison d’être
Qui reste avec ces dons et ces failles
Mais rien de bien important qui ne se vaille

Ton esprit ouvert m’est rare et chère
Et mon cœur vois tout vert
Comme si rien d’autre n’existait au monde
Et je n’ai plus d’idées vagabondes!

Catégorie : Poesie | Commenter
décembre 4

Sincérité

Dédié à ma banane,

Des gens sincères, des gens austère
Ceux que je porte dans mon coeur
et particulièrement une que je serre
de toute mes forces,mon ardeur

Je pense à elle, tout les secondes
Car plus je suis loin, moins je suis bien
Et je n’ai d’idée vagabondes
Et en toi, ce n’est une âme de rien

Depuis six ans maintenant, tu me préserve
des haut dignitaires, des bêtises humaines
Des harceleurs, crieurs, qui m’assènent
Que de choses vaines!

Vaines pour le peuple qui me hait
Mais toi tu ne pense que je suis fardeau
et à tes yeux, je ne suis que beau
Toi, qui , parfois me plait

Tant au niveau attributs que morales
Car tu ne fait point de choses paranormales
Et tu ne vis jamais dans l’indescence
Et rarement dans l’ignorance

Que le monde est noir, plein de préjugés
Que la politique fasse plein de réfugiés
Que l’amour s’envole dans cette société
Je suis sur que tu reste, non initié!

Catégorie : Non classé, Poesie | Commenter
novembre 22

Belle vues

A quelqu’un d’extraordinaire(Merci!)

Belle vues intérieures
Mauvaise vues extérieures
Vient par ici rose
Vient faire une pause

Toi qui me connait,
tu sais mon point de sensibilité
Et pour moi tu ferais le monde
Tu ferais quelques fumées rondes

Et pourtant combien je t’aime
Quand tu vient me secourir
Mais aussi quand tu vient rire
Tu est mon étoile, mon emblème

Celle de l’univers qui à atterrit
Sur terre, par hasard
Qui ne pousse jamais un cri
Qui n’est a mes paroles hagard

Vient ma rose,mon réséda
que je te serre dans mes bras
que je te dise reste là
En quelques mots, tout bas

Catégorie : Poesie | Commenter
août 24

Pourquoi?

Amour envers son prochain, amour envers les tiens
Pourquoi le monde s’entretue au lieu de s’aimer?
Dire que le tournesol a maintenant fané.
Oh petite main du coeur, viens.

Tu me fais virevolter, danser
Et je vis de ton manège
Toi le portrait de l’amour , de l’amitié
Un jour je décollerai de ce siège

On m’a dit tout bas, un jour, souffle!
Souffle cette bougie de bienfaisance,
qui te tend la main, dans cette ignoble France
Qui te délaisse

Cette société où personne ne te regarde
Pourrait te laisser crever sur le bord de la route
Mais si tu pouvais, tu donnerais la clé pour sortir de cette soute
et tu laisserais un droit de garde

Mais la seule question est : Pourquoi?
Pourquoi tant de malheureux orphelins
Qui chaque jour pleurent leur chagrin
Alors qu’il pourraient trouver un refuge. Pourquoi?

Catégorie : Poesie | Commenter
avril 3

Regret

A  Julie.

Regret , regret que tu nous aies si vite quitté
Regret pour quelqu’un de si tendre
Maintenant ton absence n’est qu’à constater
Mais tu as su te faire entendre

Et c’est sur ses mots que les larmes coulent
Avec le temps on s’attache
Et maintenant il faut que je m’y fasse
En moi tristesse vient. Allez vas y! Roules

Et dire que tout le monde avait accepté ta venue
Car tu es d’une grande rigueur
Avec de la joie, de l’humeur , de la tenue
Mais je vais de cette histoire, faire toute vigueur

C’est trop tard. Rien n’a pu te retenir
Même moi je ne l’ai pas vu venir
C’est drôle l’effet que celà fait
Restes là petite fée;

mars 24

Rappelles-moi, esprit lointain

Rappelles-moi qu’un jour, je suis allé dans tes bras.
Rappelles-moi, oh toi mon amour bien aimé
Rappelles-toi ces moments de rire et d’amitié
Moi je m’en souviens, c’était gravé dans le sable, en bas

Et je me souviens que nous prenions nos respectives mains
Et que nous les mettions bout à bout
Afin de jouer à cache-cache, avec le loup
Ce temps n’est pas révolu, il continue, c’est notre destin

Fais en sorte que continue ta vie, ton chemin
Mais je sais que ces mots ne pèsent pas grands
Face à la souffrance de ce monde, oh, chagrin!
Restes, restes là! Ne quitte pas cette vie lente.

Et pleine d’amour, d’amertume, d’angoisse, de tristesse
Pourvu qu’un jour ces mots riment avec vieillesse
Pendant que nous dormirons paisiblement
D’autre s’en iront et naîtrons dans un autre temps

Même si au fond je regretterais ton absence
Je sais parfaitement que tu ne seras pas dans l’ignorance
Et que tu feras tout ce que pourra pour que je ne sois rance
Car tout le monde sait très bien que je déteste le mot vengeance.

Oh toi clair de lune, reste parmi les notres
Et tu apprendra tant de moi, qui suis ton autre
Ton autre toi-même qui te harcèle
Viens dans mes bras , tu gèles  !